Les caves à vin de vieillissement

cave à vin de vieillissement

Les caves à vin de vieillissement

Si vous ne possédez pas de cave souterraine, les caves à vin de vieillissement représentent la solution idéale pour conserver du vin chez soi. Elles sont parfaites non seulement pour les amateurs de vin, mais aussi pour les collectionneurs de bonnes bouteilles. Dans une telle cave les vins peuvent être gardés dix ans ou plus mais également être dégustés au bout de deux ou trois ans. Attention, les caves de vieillissement ne peuvent pas être utilisées pour des vins déjà débouchés, ces vins doivent être gardés dans un bar à vin.

Par leurs caractéristiques les caves à vins de vieillissement se rapprochent des caves naturelles et sont idéales pour votre logement, vous pouvez les placer partout, elles ne prennent pas beaucoup de place. Avec une température constante de 12 °C et une hygrométrie supérieure à 60 % les caves de vieillissement recréent les conditions parfaites pour la conservation du vin. De plus, elles ne produisent pas de vibrations qui mettraient en danger le vieillissement paisible de vos vins.

Comment choisir votre cave ? Sur ce marché la concurrence est vive et la gamme des caves à vin de vieillissement est large. Vos goûts et vos habitudes de consommation de vin devraient vous guider vers la bonne décision. Sur Ma cave à vin vous trouverez différents types de caves de vieillissement des marques comme Climadiff, ArteVino, Avintage, Transtherm etc. Choisissez une de ces caves pour faire vieillir vos vins dans les meilleures conditions !

Les caves à vin à absorption

Caves à vin à absorption

Caves à vin à absorption

Une bonne cave à vin est la condition sine qua non pour toujours garder vos vins à la température idéale de dégustation et assurer le bon vieillissement du vin. De nos jours la gamme des caves à vin est vaste et choisir une cave est parfois assez difficile. Pour faire le bon choix vous devrez savoir que les modèles de caves existants répondent à différentes utilisations. Il n’y a pas de cave à vin parfaite, vos besoins décideront de celle qui est idéale pour vous.

En fonction de leur usage nous pouvons distinguer quatre catégories de caves : les caves à vin de vieillissement, de conservation, de services ainsi que les caves polyvalentes. Nous expliquerons les caractéristiques de chaque type de cave dans des articles dédiés, mais avant cela il est important que vous compreniez les techniques que ces caves utilisent dans leur fonctionnement.

Certaines caves à vin de vieillissement et de conservation utilisent un système dit par absorption tandis que les caves de services fonctionnent avec le système utilisé par les réfrigérateurs : la compression à moteur.

Pourquoi choisir une cave à vin avec la technologie par absorption ? La réponse est simple : la technologie du froid par absorption a de nombreux avantages. Grâce à cette technique les caves sont silencieuses et sans vibrations. N’oubliez pas que les vibrations peuvent déstabiliser le vieillissement de vos vins!

De plus, les caves à vin par absorption ont tous les avantages des caves à vin naturelles, elles gardent vos vins à une température constante ainsi qu’à un taux d’humidité idéal entre 60 et 80% (au-delà de 80% des bactéries peuvent se former !) et les protègent contre les odeurs et les UVs. Ces caves bénéficient également d’une aération permanente.

Les caves qui utilisent le système par absorption ne nécessitent pas beaucoup d’entretien et offrent une longue durée de vie. Vous serez également satisfaits de leurs performances de refroidissement. Avec les caves à vins à absorption vos bouteilles seront toujours prêtes à être servies !

Le conseil Ma cave à vin :

Choisissez les caves de la marque Dometic, elles sont 100% silencieuses, disposent de la technologie Exclusif Absorption System et garantissent l’absence totale de vibrations.

Bar à vin Wine Art – gardez vos vins à la température idéale !

Bar à vin Wine Art

Bar à vin Wine Art

Si vous avez lu nos articles sur la température idéale, l’humidité, l’aération et l’obscurité des caves à vin vous savez certainement que la conservation des vins est difficile. Heureusement, Ma cave à vin partage avec tous les amateurs de vin une solution simple et efficace : le bar à vin pour la maison de la gamme Wine Art créé en tenant compte des besoins des consommateurs.

Voici quelques raisons pour lesquelles ce bar à vin représente un bon investissement.

Premièrement, vous pouvez mettre 2 bouteilles de vin à la température idéale de service. Les deux températures disponibles sont 16-18 ºC pour les vins rouges et 8-10 ºC pour les vins blancs et rosés. Le bar à vin Wine Art fonctionne avec le système Peltier qui permet des températures différentes dans les deux compartiments.

Vous pouvez ainsi garder à la température de dégustation idéale un vin rouge et un vin blanc sans aucun problème. Il suffit de placer votre bouteille dans un des compartiments et de sélectionner la température. Un jeu d’enfants ! Vos vins garderont certainement leurs saveurs et arômes sans autre effort !

Deuxièmement, grâce à son système de tirage au vide vous pouvez garder jusqu’à 10 jours les bouteilles déjà ouvertes. Quand vous les placez dans un des compartiments et que vous refermez la porte, ce bar à vin fait le vide dans la bouteille en protégeant le vin contre l’oxydation.

De plus, le bar à vin Wine Art dispose d’un design élégant, moderne et s’intégrera facilement dans votre ambiance. Sur Ma Cave à Vin vous pouvez choisir entre les couleurs : noir/silver et noir/blanc. Nous espérons que vous profiterez de ce nouveau produit !

Quel vin avec quel plat ?

Quel vin associer à mon plat ?

Jusqu’à la fin de XVIIIème siècle l’association des vins et des plats n’existait pas, différents plats étaient servis en même temps et le vin se dégustait au début ou à la fin des repas et pour des occasions précises. De nos jours les plats sont moins nombreux et il est plus facile de les accompagner. Le vin est considéré comme le compagnon idéal de tous types de plats de l’entrée jusqu’au dessert.

Accorder les plats et les vins est vraiment complexe et chercher la bouteille idéale est une entreprise ardue. Chaque vin a sa propre personnalité, ses propres saveurs qui doivent être mises en valeur. Nous devons donc bien comprendre ce qui se produit lors de la combinaison du vin avec un aliment.

Nous pouvons distinguer des situations différentes en fonction des mets. Certains plats rendent le vin quasi imbuvable en accentuant encore ses caractéristiques. A l’inverse certaines caractéristiques peuvent être affaiblies par des composants de l’alimentation comme les protéines. N’oubliez pas qu’une bonne viande peut rendre un vin délicieux !

Les aliments au goût intense cachent les arômes du vin ou vice versa, mais dans certains cas le vin donne un nouvel arôme à notre plat, c’est souvent le cas des vins au goût fruité. Un goût supplémentaire et désagréable peut aussi apparaître si les deux ingrédients, le vin et le plat, ne vont pas bien ensemble. Et au bout du compte, il est très rare que les deux interagissent à la perfection.

Une fois les saveurs du plat et du vin unies, le résultat doit être pour le moins satisfaisant. La première étape pour déterminer si votre vin se marie bien avec votre plat est de bien le connaître pour pouvoir déterminer à quelle catégorie il appartient. Pour simplifier, les quatre grandes catégories des vins sont : les vins tanniques, doux, acides et corsés.

Les vins tanniques incorporent beaucoup de tannins qui assèchent la bouche. Les tanins sont des substances qui se trouvent dans la peau ou les pépins du raisin. Ils proviennent des cépages comme le tannât, le malbec, le cabernet sauvignon, le grenache etc. Ces vins paraissent moins tanniques avec les plats protéiques, par exemple la viande de bœuf ou certains fromages, mais plus tanniques avec les plats salés.

Les vins doux sont issus des vendanges tardives de cépages comme le muscat, le grenache, le tourbât. Ceux du Languedoc-Roussillon sont des vins doux naturels : le Grand Roussillon, le Muscat de Lunel, le Muscat de Mireval, le Banyuls Grand Cru etc. Avec les plats sucrés ils deviennent plus secs. Pour ne pas détruire leur douceur, il faut les combiner avec les plats salés, les viandes, les volailles ainsi que certains poissons et crustacés!

Les vins acides sont, comme leur nom l’indique, plus acides. C’est le cas des vins italiens, en particulier le Chianti, des vins de la Loire, de Bourgogne ainsi que des vins blancs d’Europe. L’acidité du vin est essentielle pour accompagner une bonne table. Comme la sensation de sucré est atténuée par l’acidité, ces vins se marient mieux avec les plats salés ou légèrement sucrés. Ils sembleront ainsi moins acides. Du fait qu’ils sont plus acides ils rééquilibrent aussi les plats assez gras.

Les vins corsés (vins du Sud des Côtes du Rhône, vins californiens rouges et blancs, porto etc. ) ont un taux d’alcool élevé et peuvent venir en opposition avec des plats qui ont un arôme délicat, tandis qu’à l’inverse ils vont parfaitement avec les mets sucrés.

Bref, n’oubliez pas que le succès d’un bon repas tient avant tout à l’équilibre entre le vin et le plat. Si vous tenez compte des informations de Ma Cave à vin vous choisirez certainement un bon vin d’accompagnement et vous épaterez vos invités !

Le vin, est-il bon pour la santé ?

L'effet du vin sur la santé

L’influence du vin sur notre santé a toujours été un sujet controversé. Cette boisson ancestrale représente-t-elle vraiment un intérêt pour la santé cardiaque, pour le cerveau etc. ou s’agit-il seulement de prétextes pour boire en ayant la conscience tranquille ? Nous voulons tous être en bonne santé, mais nous croyons parfois des choses qui n’ont pas été prouvées. Dans cet article, Ma cave à vin essaye d’élucider autant que possible le mystère autour de l’influence du vin sur la santé et de présenter plusieurs perspectives afin que vous puissiez vous forger votre propre opinion sur ce sujet.

«Le bon vin réjouit le cœur de l’homme». Vous avez certainement entendu cette affirmation. De nombreuses études ont été menées sur plusieurs populations dans le monde, et toutes démontrent que le vin est vraiment bon pour le cœur. Il en ressort que les personnes qui boivent du vin rouge ont moins de maladies cardiovasculaires que les personnes qui n’en boivent pas. D’ailleurs, la mortalité cardiovasculaire est notoirement plus faible dans les pays méditerranéens qui ont une tradition de consommation de vin. Prenons le cas des français, pour lesquels boire du vin fait partie de leur culture, et qui sont au cœur du fameux “French Paradox”…

Voyons pourquoi le vin est bon pour le cœur. Premièrement, il contient des polyphénols, qui lui donnent sa couleur rouge. L’obturation des artères sera ralentie, car les polyphénols réduisent l’oxydation du cholestérol. Deuxièmement, le sang enrichi en oxygène atteint plus facilement le cœur et les tissus du cerveau. Ceci se produit grâce à la production d’oxyde nitrique qui entraine la dilatation des vaisseaux sanguins. Des études ont révélé que les hommes et femmes qui consomment du vin rouge ont moins d’infarctus du myocarde causé par les dépôts du cholestérol et le rétrécissement des artères coronaires.

Le vin blanc ne doit pas non plus être négligé. Il possède aussi une teneur significative d’antioxydants. Divers vins ont été analysés pour comparer les effets du resvératrol présent dans le vin rouge avec les effets de l’hydroxytyrosol présent dans le vin blanc. Les résultats ? Le vin blanc aussi peut réduire les risques de problèmes cardiaques.

Outre les bénéfices sur le cœur des recherches réalisées à l’Université de Québec indiquent que le vin apporte des bénéfices à notre cerveau en le protégeant contre l’oxydation des neurones, particulièrement dans le cas des personnes qui ont du diabète.

Le vin peut ainsi nous aider à lutter contre le vieillissement prématuré et la maladie d’Alzheimer. Saviez-vous que dans les hôpitaux de Californie le vin est inclus dans le menu ? Les médecins ont observé diverses modifications dans le comportement des personnes âgées qui consomment du vin, dont la plus importante est le fait que leur appétit s’améliore et qu’elles ont un état d’esprit plus positif.

Le vin est aussi bénéfique contre les maladies du foie. La cirrhose du foie est une affection très grave qui apparaît suite à la consommation régulière de spiritueux. Les médecins et chercheurs nous informent qu’un changement des habitudes peut diminuer les risques d’apparition de cette maladie. En clair, ce changement implique de remplacer les spiritueux par du vin consommé avec modération.

Le cancer est la maladie la plus destructrice pour l’homme. Elle ne peut malheureusement pas être guérie avec la consommation de vin, mais nous pouvons prévenir son apparition, parce que cette boisson est aussi anti-cancérigène. Le vin rouge contient 25 antioxydants parmi lesquels certains sont plus puissants que la vitamine E (pourtant très appréciés pour ses propriétés antioxydantes). Outre la vitamine E, notre boisson vermeille contient des molécules à effet protecteur, comme l’épicatéchine et la quercétine qui sont encore plus puissantes que le fameux resvératrol. Difficile à croire ? L’Agence Gouvernementale pour le Contrôle des Maladies le confirme pourtant. Elle a établi que le risque de cancer de l’endomètre baisse de 83% pour les femmes qui consomment du vin.

Le vin est également bénéfique contre les rhumes. Les antioxydants du vin renforcent notre système immunitaire et les symptômes diminuent. Encore un motif pour boire du vin !

Voilà les multiples bénéfices que le vin nous apporte ! Certains sont étonnants, mais vrais ! Nous arrivons à la conclusion que Louis Pasteur avait raison quand il disait que «le vin est le breuvage le plus sain et le plus hygiénique qui soit». Attention toutefois à le déguster avec sagesse, le boire «à la française» c’est a dire régulièrement et modérément afin de ne pas dépasser deux verres par jour ! N’oubliez pas que boire davantage est toxique pour l’organisme, donc tenez vous en à une consommation modérée ! A votre santé !

Le vin, une boisson vivante : l’histoire du vin

Quelle est l’histoire de cette boisson qui a été l’inspiration de chefs-d’oeuvres et qui malgré son âge vit encore de nos jours ? Dans cet article nous remonterons dans le temps et partirons pour un voyage sur la route du vin depuis ses origines. Attachez vos ceintures, la route sera longue !

Le vin est apparu il y a huit mille ans au Proche-Orient, au confluent des grandes civilisation de l’Antiquité : la civilisation mésopotamienne, égyptienne, étrusque, grecque, romaine et celte. L’apparition de la vigne dans le Caucase et la Mésopotamie date de 6000 av. JC. Grâce à son taux d’alcool il se conserve mieux que la bière, étant une boisson de garde. La fermentation naturelle des fruits de la vitis vinifera marque le début du vin.

Dans l’antiquité le rôle du vin est de permettre de distinguer les barbares des cultures civilisées, le vin étant d’ailleurs toujours présent aux tables des rois. Par sa couleur il ressemble au sang et symbolise l’hérédité, et donc boire du vin signifiait s’approprier une part d’immortalité et être détenteur du pouvoir.

Au fil de l’histoire la vigne commence à conquérir d’autres territoires. En 3000 av. J.C elle est déjà cultivée en Égypte et en Phénicie. Attribué à Osiris, le vin est considéré comme un don de Dieu, lequel doit être soigné et protégé. Ici aussi ce breuvage est réservé aux personnes au pouvoir comme les pharaons, tandis que les ouvriers des pyramides, par exemple, boivent de la bière.

D’Égypte et Phénicie la viticulture s’étend vers la Crête, Chypre et l’Asie Mineure et en 2000 av. J.C fait son apparition en Grèce. Les Grecs savent cultiver la terre et la vigne est entre de bonnes mains. Les premiers vignobles apparaissent sur les régions côtières puis se répandent progressivement dans l’intérieur des terres. Le climat hellène offre des conditions idéales pour que les cépages puissent croître. Le vin est présent partout chez les Grecs, même dans leur littérature, voir par exemple les nombreux mythes de Dionysos. Il n’y a pas de banquets sans vin. Les grands crus grecs commencent à avoir une large réputation et sont reconnus comme des vins très fins. Pour les conserver les grecs mêlaient le vin avec l’eau de mer et ajoutaient des aromates. Une combinaison bien étrange pour nos goûts contemporains!

Ce sont les Grecs qui apportent le vin en Italie et en France quand ils créent Masallia, connu de nos jours comme Marseille. La vigne s’étend vers le Nord (Avignon, Bourgogne, Vienne etc.) ainsi que vers l’Ouest  (Toulouse, Bordeaux, Gaillac etc). La culture du vin est de plus en plus étendue et le vin commence à remplacer la bière.

Les Romains étaient aussi de grands viticulteurs si l’on se rapporte aux manuels qu’ils ont écrit sur la production du vin. La où était l’Empire Roumain, le vin y était aussi! Toute la richesse de l’Italie était dans ses vignobles qui sont détruits par l’éruption du Vésuve en 79 ap. J.C. Toute la vigne dut alors être replantée.

C’est seulement au Moyen Age que la qualité du vin commence à progresser. La production de vin est encouragé par l’apparition des monastère et abbayes, car tous les ordres religieux, et spécialement les bénédictins, travaillent la vigne. Le vin est bu au cours de la messe. Bordeaux est la seule région qui n’est pas sous l’influence de l’Église et elle commence à se développer et à se faire connaître par ses vignobles.

Malheureusement, toutes les récoltes sont détruites pendant la guerre de Cent Ans et la
commercialisation du vin est stoppée. Un autre événement fatal pour les vignobles est l’hiver de 1709 à la suite duquel tout doit être replanté. Mais après ces événements malheureux la vigne connaîtra des jours meilleurs.

La colonisation représente le tournant dans l’histoire du vin, c’est la période pendant laquelle il commence à se répandre partout dans le monde. Les vignes se trouvent désormais en Amérique du Sud, en Afrique du Sud et sur le continent Nord Américain. La production de vin augmente. L’idée de vin obtenu d’un cépage unique est née sur le continent Nord Américain et se répandra aux quatre coins du monde.

Au cours du XIXème siècle les vignobles européens sont détruits par le phylloxéra qui fait des ravages dans le sud de la France. Heureusement, le recours à des plants américains résistants à ces insectes sauve la tradition viticole européenne. Dieu merci !

Nous voici maintenant au bout de notre périple historique jusqu’au vin que nous connaissons aujourd’hui. Dès le XXe siècle on a pu parler d’une science du vin, l’œnologie, qui va de la culture de la vigne jusqu’à l’élaboration du vin.

Quelle est la durée de conservation des vins français ?

cave à vin vieillissement

Le vieillissement des vins

Combien de temps puis-je garder mes vins ? Comment puis-je savoir si mes vins peuvent être conservés longtemps ou s’ils sont prêts pour la dégustation ? Vous vous êtes certainement posé ces questions. Il est dit que plus un vin est vieux, meilleur il est ! Serez-vous surpris de savoir que cette affirmation est fausse ? Les vins sont différents et chacun a son « espérance de vie». Le temps transforme leur arôme, le goût de raisin peut disparaître si vous le gardez trop longtemps et vous ne pourrez plus faire la différence entre un Bordeaux et un Bourgogne. Tout amateur de vin veut éviter un tel  dénouement ! Dans cet article, Ma cave à vin vous présente une étude sur la conservation du vin et vous donne quelques indications concernant la durée de conservation des vins de différentes régions de la France.

Notre liste commence avec les vins d’Alsace qui n’ont pas besoin de nombreuses années pour révéler leurs qualités. Ces vins peuvent être dégustés jeunes (après 1 à 4 ans de conservation), mais les Grands Crus, comme le Riesling et le Gewürztraminer peuvent être gardés plus longtemps, jusqu’à 10-15 ans.

Les vin de Bordeaux sont parmi les plus connus des vins français, ils sont des vins riches, ils ont du style et quelques informations sur leur garde sont toujours bienvenues. Pour les Bordeaux rouges et Bordeaux Rouges Supérieurs la durée de conservation est de 1 à 3 ans, mais il y a aussi des types qui peuvent se conserver plus longtemps. Le Médoc, le Pomerol et le Saint-Emilion, par exemple peuvent être gardés jusqu’à 15 ans, quand la conservation des Grands Crus peut être portée jusqu’à 30, voire 50 ans. A l’inverse les Bordeaux blancs doivent être dégustés sous deux ans de la récolte pour profiter de leur goût fruité. Il existe bien sûr des exceptions, certains blancs secs arrivent à 10 ans de conservation.

Sur la liste des vins spéciaux nous pouvons inclure les vins de Bourgogne qui peuvent nous transporter en un voyage aromatique complexe s’ils sont bien conservés. Le temps de garde des Bourgognes rouges est d’au moins 6 ans et ne doit pas dépasser 8 ans. Seul le Côte de Nuits peut atteindre 15 ans, et les grands crus de la Côte d´Or résistent jusqu’à 20 ans. Les Bourgognes blancs sont plus sensibles que les rouges, c’est pour cela qu’ils doivent être dégustés dans leur jeunesse, après 2 ans de garde. Font exception les blancs comme le Chablis, le Mersault et le Pouilly Fuissé (conservation de 3 à 7 ans) et les grands vins comme le Corton-Charlemagne qui vous surprennent au bout de 15 ans.

Continuons notre liste avec les vins de Corse qui ne nécessitent que peu d’années de conservation, 3 ans au maximum. Toutefois, si vous voulez les bonifier vous pouvez garder jusqu’à 10 ans les vins plus doux, issus du Muscat.

Parmi les vins des Côtes-du-Rhône nous trouvons les vins fameux comme l’Hermitage, le Cornas, le Chateauneuf-du-Pape et le Côte  Rôtie. Année après année ces vins se bonifient, la période minimale de conservation étant de 5 ans. Attention de ne pas dépasser 20 ans, vous risquez de détruire leurs arômes! Les blancs, rosés et rouges plus modestes peuvent être bus après 2 ans de garde.

Les blancs et rosés de Provence ne supportent pas d’être conservés plus de 2 ans, mais les rouges sont magnifiques passé 2 à 5 ans. Les grands comme le Palette et le Bandol arrivent même à 10 ans de garde.

Dans le cas des vins du Sud-Ouest nous avons deux catégories: d’une part les vins qui se dégustent dans leur jeunesse et d’autre part les vins qui ont besoin d’une période de conservation plus longue et d’autre part les blancs secs, qui se boivent dans leur jeunesse. Attention aux blancs doux et liquoreux comme le Jurançon, le Pacherenc qui arrivent à leur maturité de 2 à 15 ans ou plus.

La plupart des vins de la Vallée de la Loire ne doivent pas être gardés plus de 2 ans, la période de conservation  étant un peu plus longue pour les Anjou et Saumur (de 1 à 5 ans ). Les Savennières sont des vins blancs qui sont prêts à être bus au bout de 15 ans, ce qui est étonnant pour des vins blancs. Le Bonnezeaux ou le Montlouis sont de grands liquoreux qui peuvent rester 80 ans dans une cave!

Vous connaissez certainement le fameux vin jaune du Jura, qui peut battre le record de conservation avec ses 100 ans. Les autres vins du Jura peuvent aller jusqu’à 8 ans : les rouges de 4 à 8 ans et les blancs de 2 à 8 ans.

Nous arrivons à la fin de notre liste avec les vins du Languedoc, ils se conserveront de 2 à 3 ans. A l’inverse les doux à base de Muscat se gardent 5 ans et les Corbières et Minervois arrivent jusqu’à 10 ans.

Nous espérons que vous profiterez de nos indications et que désormais vous ne boirez plus vos vins trop tôt ou trop tard, mais juste au bon moment !