Les origines du vin chaud

L’hiver est là et les premiers froids se font ressentir. Avec les fêtes de fin d’année qui approchent, les marchés de Noël font leur apparition un peu partout. Et avec eux, les traditions hivernales comme le vin chaud.

Mais d’où vient cette idée de consommer du vin chaud en hiver? Des origines aux recettes, partons ensemble à la découverte du vin chaud !

Les origines du vin chaud

Le vin chaud est apparu pour la première fois sous l’Empire romain sous le nom de « conditum paradoxum ». À cette époque, la recette contenait principalement de vin, de miel, d’épices (poivre, safran, laurier, etc.), des dattes. Ce mélange permettait au vin d’être conservé plus longtemps sans s’oxyder.

Le vin chaud au Moyen-âge

C’est au Moyen-Âge que les vins épicés se sont démocratisés en Europe. À cette époque, de nouvelles épices ont fait leur apparition comme les clous de girofle ou la cannelle. Ce vin chaud plus sucré était alors appelé «hypocras ». Par la suite, de nouveaux ingrédients se sont ajoutés comme la cardamome et les agrumes, découverts lors des grandes explorations.

Consommer du vin chaud en hiver vient de l’Europe du Nord et de l’Europe de l’Est. Cette tradition est devenue très populaire en France.

Notre recette de vin chaud maison

La préparation du vin chaud est réalisée avec une base de vin rouge, à laquelle des fruits (agrumes) et des épices (cannelle) sont ajoutés. Et voici notre recette pour un vin chaud simple et rapide !

  • 1,5 litre de vin rouge
  • 1 citron bio.
  • 1  branche de thym.
  • 1  bâton de cannelle.
  • 2  feuilles de laurier.
  • 3  clous de girofle.
  • 1  étoile de badiane.
  • 200 g de sucre en poudre.

Pour débuter cette recette, il vous faudra verser le vin rouge dans une casserole ainsi que le sucre en poudre. Mélangez afin que le sucre soit totalement dissout.

Ajoutez dans la casserole, la cannelle, l’étoile de badiane et les clous de girofle.

Ensuite, découpez le citron en rondelles, et versez les rondelles dans la casserole ainsi que le thym et le laurier.

Portez très doucement à ébullition. Laissez frémir pendant 5 à 10 min (plus vous faites cuire, plus l’alcool s’évapore).

Versez dans des verres ou des tasses, vous pouvez filtrer le vin.

C’est prêt ! à boire immédiatement car le vin chaud se déguste très chaud.

Bonne dégustation 🙂

Le vin, une boisson vivante : l’histoire du vin

Quelle est l’histoire de cette boisson qui a été l’inspiration de chefs-d’oeuvres et qui malgré son âge vit encore de nos jours ? Dans cet article nous remonterons dans le temps et partirons pour un voyage sur la route du vin depuis ses origines. Attachez vos ceintures, la route sera longue !

Le vin est apparu il y a huit mille ans au Proche-Orient, au confluent des grandes civilisation de l’Antiquité : la civilisation mésopotamienne, égyptienne, étrusque, grecque, romaine et celte. L’apparition de la vigne dans le Caucase et la Mésopotamie date de 6000 av. JC. Grâce à son taux d’alcool il se conserve mieux que la bière, étant une boisson de garde. La fermentation naturelle des fruits de la vitis vinifera marque le début du vin.

Dans l’antiquité le rôle du vin est de permettre de distinguer les barbares des cultures civilisées, le vin étant d’ailleurs toujours présent aux tables des rois. Par sa couleur il ressemble au sang et symbolise l’hérédité, et donc boire du vin signifiait s’approprier une part d’immortalité et être détenteur du pouvoir.

Au fil de l’histoire la vigne commence à conquérir d’autres territoires. En 3000 av. J.C elle est déjà cultivée en Égypte et en Phénicie. Attribué à Osiris, le vin est considéré comme un don de Dieu, lequel doit être soigné et protégé. Ici aussi ce breuvage est réservé aux personnes au pouvoir comme les pharaons, tandis que les ouvriers des pyramides, par exemple, boivent de la bière.

D’Égypte et Phénicie la viticulture s’étend vers la Crête, Chypre et l’Asie Mineure et en 2000 av. J.C fait son apparition en Grèce. Les Grecs savent cultiver la terre et la vigne est entre de bonnes mains. Les premiers vignobles apparaissent sur les régions côtières puis se répandent progressivement dans l’intérieur des terres. Le climat hellène offre des conditions idéales pour que les cépages puissent croître. Le vin est présent partout chez les Grecs, même dans leur littérature, voir par exemple les nombreux mythes de Dionysos. Il n’y a pas de banquets sans vin. Les grands crus grecs commencent à avoir une large réputation et sont reconnus comme des vins très fins. Pour les conserver les grecs mêlaient le vin avec l’eau de mer et ajoutaient des aromates. Une combinaison bien étrange pour nos goûts contemporains!

Ce sont les Grecs qui apportent le vin en Italie et en France quand ils créent Masallia, connu de nos jours comme Marseille. La vigne s’étend vers le Nord (Avignon, Bourgogne, Vienne etc.) ainsi que vers l’Ouest  (Toulouse, Bordeaux, Gaillac etc). La culture du vin est de plus en plus étendue et le vin commence à remplacer la bière.

Les Romains étaient aussi de grands viticulteurs si l’on se rapporte aux manuels qu’ils ont écrit sur la production du vin. La où était l’Empire Roumain, le vin y était aussi! Toute la richesse de l’Italie était dans ses vignobles qui sont détruits par l’éruption du Vésuve en 79 ap. J.C. Toute la vigne dut alors être replantée.

C’est seulement au Moyen Age que la qualité du vin commence à progresser. La production de vin est encouragé par l’apparition des monastère et abbayes, car tous les ordres religieux, et spécialement les bénédictins, travaillent la vigne. Le vin est bu au cours de la messe. Bordeaux est la seule région qui n’est pas sous l’influence de l’Église et elle commence à se développer et à se faire connaître par ses vignobles.

Malheureusement, toutes les récoltes sont détruites pendant la guerre de Cent Ans et la
commercialisation du vin est stoppée. Un autre événement fatal pour les vignobles est l’hiver de 1709 à la suite duquel tout doit être replanté. Mais après ces événements malheureux la vigne connaîtra des jours meilleurs.

La colonisation représente le tournant dans l’histoire du vin, c’est la période pendant laquelle il commence à se répandre partout dans le monde. Les vignes se trouvent désormais en Amérique du Sud, en Afrique du Sud et sur le continent Nord Américain. La production de vin augmente. L’idée de vin obtenu d’un cépage unique est née sur le continent Nord Américain et se répandra aux quatre coins du monde.

Au cours du XIXème siècle les vignobles européens sont détruits par le phylloxéra qui fait des ravages dans le sud de la France. Heureusement, le recours à des plants américains résistants à ces insectes sauve la tradition viticole européenne. Dieu merci !

Nous voici maintenant au bout de notre périple historique jusqu’au vin que nous connaissons aujourd’hui. Dès le XXe siècle on a pu parler d’une science du vin, l’œnologie, qui va de la culture de la vigne jusqu’à l’élaboration du vin.